Therese Apponyi an Leo Thun
[Bad] Ems, 14. August 1858
|

go to

Kultus Personalfragen

Ems, le 14 août 1858

Monsieur le Comte,

c'est à peine que vous vous souviendrez qu'il existe une vieille Comtesse Apponyi, qui a eu le plaisir de vous voir à Paris, il y a bien des années, et qui est la mère de Rodolphe, qui a l'honneur de vous voir de temps en temps, et la mère de ce bon Giulio si aimé et si pleuré, et pour lequel vous avez eu la bonté de vous intéresser d'une manière si touchante pendant sa cruelle dernière maladie! Je n'ai surement aucun droit à venir vous implorer, car je suis moins que rien, dans ce monde et j'y vis bien située, cependant je viens de savoir que ma belle fille Sophie vous écrit et vous expose une prière qui lui tient forte au cœur, et j'ose humblement unir ma voix à la sienne en demandant votre haute protection en faveur du Chanoine Krojcsik [Krajcik], que nous serions si heureux d'avoir pour Evêque; c'est un homme d'une vertu reconnue un Prêtre distingué; actif Savant, et qui possède tout à fait, l'esprit et le zèle qui sont faits pour exercer une influence heureuse, sur le clergé du Comitat de Neutra – c'est une bien grande liberté que je prends, en osant indiquer son nom – je n'ose rien espérer, pour moi, mais je ne suis qu'une voix de plus, qui se permet de placer son nom, sous vos yeux; il nous semble que si Dieu permettait que ma prière fût accordée, ce serait une vraie bénédiction, pour toute une population! Quoique pendant ma longue vie, je n'ai pas beaucoup habité la Comitate de Neutra, cependant le souvenir de mon cher mari et de mon bon fils, m'attache fortement et tendrement à ce lieu et je ne saurais être indifférente au choix de la personne, qui y sera d'une si grande importance. Que Dieu vous bénisse, Monsieur le Comte, de tout le bien que vous faites et auquel vous consacrés tous vos talents et tout votre temps – pardonnez-moi de grâce, mon indiscrétion et ma confiance, et veuillez agréer l'hommage de mes sentiments les plus distingués,

Thérèse Apponyi
née Nogarola